Cadeau d'une forêt de hêtres

 

 Cadeau d'une forêt de hêtres

 

 

08-juin(15)baumeJulie-010

 

 

J'étais parti ce soir là pour une promenade en direction du lac. Je m'étais dit que, peut-être, je me baignerais. J'avais marché, respirant l'air printanier, ouvrant mes narines aux parfums subtils des fleurs et de l'herbe verte encore jeune.

Les hêtres de la forêt voisine m'avaient fait un signe:

"Là, Viens!" murmuraient-ils.

... Mon chemin avait bifurqué. Pas de lac, pas de baignade, la forêt voulait me parler.

 

J'avais suivi le sentier, sans me retourner. Et voilà que j'étais là, interdit devant cette beauté de femme en plein coeur de la forêt. Une clairière pleine de mystère, l'herbe folle, quelques papillons... Le calme absolu. Pas un seul bruit de civilisation.

Mon regard fut happé par l'éclat de la peau blanche de cette jeune femme. Elle ne savait pas que j'étais là, elle dormait. Alors, je me suis assis sur un lit de mousse et j'ai observé.

Elle était belle et tendre, là, le visage caressé par les doux rayons du soleil de cette fin de journée. Son corps, simplement vêtu d'une petite robe bleue légère, apparaissait comme une vision. On aurait dit un ange tant l'harmonie s'en dégageait! Parfaitement détendue, un doux sourire valorisant ses lèvres rosées... La nature gardait là sa fille chérie! Sa respiration se fondait avec la brise du vent, ses cheveux blonds disparaissaient dans l'herbe folle et s'y mêlaient... Pas un geste, l'harmonie parfaite. Un doux chant de simplicité, une beauté pure, de celles qu'on ne dérange pas.

 

Bientôt, la nuit arriverait, il me faudrait m'en retourner. La fraîcheur du soir était là. Pourtant, la belle n'avait pas bougé. J'ai levé les yeux vers les feuillages de hêtres comme pour leur demander si je devais aller au devant de la jeune femme...

Un instant, un bruissement d'ailes, je me retournai : La belle inconnue n'était plus!

 

Je me suis levé tout ému, un peu perdu je l'avoue. J'ai parcouru les quelques mètres qui me séparaient de l'endroit pour vérifier que je n'avais pas rêvé. Non! Elle avait bien dormi là, j'ai pu contempler la forme de sa couche. J'ai même trouvé un cheveu d'or. Alors, riche de ce trésor, j'ai remercié la forêt qui m'avait invité.

J'ai fait le chemin du retour à pas feutrés. Plus que jamais je ressentais la vie, la mienne et celle de tous les êtres vivants de la forêt. Moi aussi, elle m'avait adopté!

Ce soir là j'ai bien dormi, j'ai rêvé de calme et d'harmonie.

 

Depuis ce jour, le cheveu d'or ne me quitte plus : c'est mon trésor, mon porte-bonheur. La belle, je ne l'ai jamais revue. Mais maintenant, dans la clairière, une autre couche est apparue. Le soir, c'est moi qui vient dormir et me ressourcer au coeur de cette forêt qui m'a adopté.

 

signature2011

 

 

 

            08-juin(15)baumeJulie-007           08-juin(15)baumeJulie-009