La chapelle du Churut... Souvenirs d'enfance

La chapelle du Churut, très bien décrite par Esclarmonde pour son histoire et ses caractéristiques, représente pour moi des souvenirs extraordinaires de petite enfance. Elle était située à 2 pas de ma maison et provoque encore en moi une émotion toute particulière.

J'ai écris mon texte au présent, avec mes mots d'adultes pour mon regard de petite fille. Mes émotions sont encore bien là !  

 

 

 

11-avril--25-26--sappey-31.jpg

 

  Petite chapelle, oh combien pour moi tu es grande ! Là, à deux pas de ma maison, tu appelles en moi une attirance indéfinissable. Église à ma mesure, j'aime t'enlacer de mes petits bras. Aussi, je passe des heures à t'embrasser, le corps collé contre ton corps, en équilibre sur ton étroit muret. Je commence par le pilier de droite à côté de la porte. Je grimpe, je fais un tour sur moi même pour admirer le paysage, je me concentre, te fais face, plaque mes petits bras contre ton corps de bois et entreprend le grand tour. Doucement, tout doucement, j'avance, collée à ton flanc. "Ne pas tomber, ne pas tomber..." . Ta première fenêtre m'offre une accroche franche pour les main et je peux me détendre. Je m'arrête, je souffle, j'écoute... ma curiosité me pousse sur la pointe des pieds... Je peux deviner ton intérieur même si je ne vois pas grand chose.

Je continue de t'appréhender par l'extérieur, les pieds en équilibre, les mains plaquées sur ta peau de bois. Ta deuxième ouverture de côté, la deuxième pause... Les derniers mètres, Victoire ! Me voilà sur ton deuxième pilier !

Je commence à te connaître. Mais un sens ne suffit pas. Alors, je reprends le tour en sens inverse. Évidemment, tu ne te livres pas tout de suite et parfois je tombe et dois recommencer. Pourtant, petit à petit, je connais tes moindres recoins extérieurs, le moindre noeud de tes planches, la moindre aspérité de ton muret. Tout mon corps a fait corps avec toi ! De face comme de dos, mes mains, mes bras, mes jambes, mes pieds, mon nez, ma bouche qui t'effleurent parfois, mes fesses qui se contractent pour ne pas prendre trop de place quand mon dos se colle à ta peau ... Toujours je te contourne, dans un sens, dans l'autre, dans toutes les conditions. Parfois, mon frère me rejoint et nous t'embrassons à deux. Chacun un sens, le piment vient alors du moment de croisement ! Nous rions, nous savourons tes faces chaudes et ensoleillées, tes coins d'ombre aussi, l'odeur de l'herbe et des fleurs, ta texture, tes pièges...  

11-avril--25-26--sappey-30.jpg

   

Tu me fascines.

Aussi, si la porte est ouverte, j'entre. ton odeur caractéristique me pénètre alors. Tout à coup, je deviens calme. J'ai peur de te déranger. Mes yeux sont comme hypnotisés par la vierge blanche que tu accueilles. Je ne comprends pas pourquoi elle pleure mais je sens dans mon petit coeur que ces larmes là portent quelque chose de particulier. Elle a perdu son fils Jésus, ce doit être pour cela. Une immense compassion remplit mon coeur.

 

Des petits bancs de bois sont là pour les gens qui prient. Moi, je ne suis qu'une petite curieuse alors je reste debout devant la vierge en pleurs, je respire ton odeur et celle des offrandes de fleurs toujours présentes... C'est étrange.

 

Cette vierge qui pleure me fait quelque chose. Je ne suis pas triste, ni joyeuse, je me sens juste autrement.

 

 

11-avril--25-26--sappey-28.jpg

 

Le plus souvent, une voix brise cet instant de silence. On m'appelle dehors ou bien des visiteurs entrent bruyamment dans la chapelle.

Chaque fois , je ressens une gêne immense, comme si j'étais responsable du bruit perturbateur qui brise soudain la quiétude de ton havre.  Je sors alors très vite pour ne pas en rajouter.

Par contre, les quelques fois où la chance me sourit et où je peux rester, je m'emplis de ton silence, de ta puissance, puis je me tourne très doucement avant de ressortir à pas de velours. Et je sors transformée au soleil.

 

Quelques instants après, la vie reprend ses droits, je cours, je joue...

 

 

11-avril-(25-26)-sappey-31

 

Ma belle chapelle, tu m'as marquée à jamais et aujourd'hui encore, lorsque je te vois et que j'entre par ta petite porte, mes yeux et mon coeur ont 5 ans. Tu n'as pas changé et je réalise que tu m'as éclairée .

 

signature2011

 

 

 

 

Ma belle chapelle, tu m'as marquée à jamais et aujourd'hui encore, lorsque je te vois et que j'entre par ta petite porte, mes yeux et mon coeur ont 5 ans. Tu n'as pas changé et je réalise que tu m'as éclairée .

 

signature2011