Solune et le temps (3) - L'écharpe

Solune et le temps, l'écharpe (3)

 

Précédents :


(1) Mémoire -du-Vent

(2) Réveil


Bref résumé des épisodes 1 et 2  : Une jeune fille, Solune arrive pour apprendre la magie chez Mémoire-du-Vent, une vieille femme vivant au fin fond de la forêt. Solune se réveille le lendemain matin seule dans la masure qu'elle explore doucement quand elle aperçoit un drôle de tas de laine...

 

 

L’écharpe

 

11-juin(01)-arc-en-ciel-11

 

« Bizarre… on dirait qu’il est vivant ! » pensait Solune. Son regard redoubla de vigilance, ses yeux s’écarquillèrent pour tenter de mieux voir dans ce recoin sombre. Y aurait-il un animal ?

Rien ne bougeait pourtant mais la jeune fille, irrésistiblement attirée par le tas de laine, ressentait là une présence étrange. Pour se donner du courage, elle avala une gorgée du chaud breuvage de son bol, puis, avec une infinie précaution, elle s’approcha du fauteuil en ne quittant pas un instant le tas des yeux.


« - Mais ce n’est qu’une écharpe ! » s’exclama-t-elle. Quelle déception ! Elle qui pensait rencontrer là un être extraordinaire ou au moins découvrir un petit chat.

« - Voyons au moins à quoi elle ressemble !  se dit-elle en attrapant un bout du vêtement, peut-être cette écharpe pourra-t-elle me servir pour affronter le froid et découvrir enfin dehors les plumes du ciel. »

Solune s’était approchée de la petite fenêtre. Au dehors, les flocons dansaient toujours et la blancheur de la neige renvoyait assez de lumière pour envisager de découvrir les motifs de l’écharpe en la positionnant près du carreau.


Les mains de la jeune fille tremblaient, ses doigts s’accrochaient au tricot avec une ferveur incompréhensible. Solune était envahie par une chaleur douce et enivrante. Ses yeux s’étaient fermés. Elle était là, devant le carreau de cette unique fenêtre mais ni ses bras, ni ses yeux ne répondaient plus à sa volonté. Elle s’écroula, en pleurs.


Assise maintenant sur le sol froid, elle enlassait l’écharpe, la dépliait, l’enroulait autour d’elle.  De chaudes larmes roulaient sur ses joues. Quelle était donc cette sensation ? Quelle était donc cette douce matière qui l’enveloppait et lui procurait cette impression intérieure d’être enfin comprise et protégée ? Ainsi emmaillotée, Solune resta plusieurs heures immobile, vide de toute pensée.


Soudain, un rayon de soleil traversa la pièce, illuminant un morceau de l’écharpe qui était resté au sol. Ce rayon eut l’effet d’un éclair qui réveilla la jeune fille. Elle sortit d’un coup de sa léthargie et bondit, des idées confuses se bousculant dans sa tête :  Cette écharpe est immense ! Mais, c’est le tricot de Mémoire-du-Vent ! Elle l’a donc terminé hier soir… Pourquoi réaliser une écharpe si longue ? …


Alors que tout se bousculait ainsi dans son esprit, Solune se rappela son désir premier de connaître les motifs du tricot. Cette fois, ses mains lui obéirent et elle put lever vers la lumière un morceau d’écharpe. Là, elle découvrit un nuage, si bien reproduit qu’on aurait pu penser qu’il était réel. En regardant mieux, elle put apercevoir la pluie, un arc-en-ciel magnifique et … un arbre. Cet arbre n’était pas tout à fait comme les autres, il ressemblait au vieux chêne du jardin de ses parents, celui qu’elle chérissait tant et qu’ils avaient abattu pour construire un cabanon. Solune avait l’impression de revivre cet instant, ce jour qu’elle avait baptisé jour du souhait de pluie.

 

C’était quand elle avait six ans, un de ces moments où elle contemplait le jardin en lui parlant. Il pleuvait ce jour là et quelques rayons de soleil avaient fait naître un bel arc-en-ciel. Sa mère l’avait interrompue dans son dialogue avec le jardin : « Ah ! Tu es encore là ! Tu ferais mieux de passer moins de temps à  rêvasser pour m’aider un peu… Tiens, justement, files donc à la cave préparer un espace pour ranger du bois. Au prochain jour de beau temps, on abattra le chêne. » Solune n’avait rien pu dire. Elle avait ravalé ses larmes, regardé l’arc-en-ciel et le nuage en les suppliant de ne pas laisser le soleil revenir. Elle était descendue à la cave pour faire de l’espace. Puis, elle était sortie sous la pluie pour revoir encore son chêne. Elle lui avait parlé longuement. Elle lui avait tout expliqué et fait part de sa tristesse. Le vieil arbre lui avait même répondu dans sa tête pour la rassurer. Mais les arbres ne parlent pas, elle avait surement rêvé…


C’était la première fois depuis ce jour que la jeune fille repensait à lui. Intriguée, elle regarda de nouveau l’image de l’écharpe.  Oh ! Au premier plan, elle venait d’apercevoir une jolie main de petite fille. Elle portait un pansement à l’index gauche… Comment était-ce possible ? Solune se rappelait maintenant clairement le jour du souhait de pluie et ce jour là, elle s’était coupée le doigt en voulant trancher du pain avec un trop grand couteau.


« -Tiens tiens … tu l’as trouvée ! »


La voix forte de Mémoire-du-Vent fit sursauter Solune. Celle-ci ne pouvait dire si la vieille venait d’entrer ou si elle était réapparue là par magie. Trop de choses se bousculaient dans sa tête. Alors, en guise de réponse, elle se laissa choir dans le fauteuil de la vieille femme.

 

A suivre...

 

signature2012

 

Episodes suivants:

 

(4) La main de Grand-Mère

 

(5) Panique

 

(6) Autre monde