Solune et le temps (5)- Panique

Solune et le temps, Panique (5)

 

Précédents :


(1) Mémoire -du-Vent

(2) Réveil

(3) L'écharpe

(4) La main de Grand-Mère

 

 

Bref résumé des épisodes 1 à 4  : Une jeune fille, Solune arrive pour apprendre la magie chez Mémoire-du-Vent, une vieille femme vivant au fin fond de la forêt. Solune découvre une écharpe  sur laquelle  un souvenir d'enfance enfouit est illustré. Solune partage un moment avec sa nouvelle amie et découvre le pouvoir de l'écharpe pour faire resurgir ses souvenirs. La veiille femme lui promet une promenade dans la neige pour le lendemain.  

 

 

Panique


07-dec(27-31)glace-036

 

 

 

Solune ne s’était pas fait prier pour aller dormir. A peine couchée, un sommeil calme et profond s’était emparé d’elle.

La jeune fille ouvrit un œil. Il lui semblait avoir dormi une éternité. Un instant, elle se demanda si son réveil était du au baiser tendre et amoureux d’un prince charmant. Mais bien vite elle retrouva ses esprits. Mémoire-du-Vent lui avait promis une promenade, il ne fallait manquer cela sous aucun prétexte ! Elle jeta un coup d’œil par le carreau : les cristaux de neige argentés dansaient de nouveau, elle allait pouvoir vivre le silence des fées…

Quelques instants lui suffirent pour se lever, déjeuner avec la vielle femme et se précipiter dehors.

A peine eut-elle franchi la porte qu’un vent glacial la cloua sur place. Quel froid ! Solune n’avait jamais imaginé que la neige put être froide.  Elle s’apprêtait à rentrer quand elle rencontra le regard rieur de Mémoire-du-Vent. Celle-ci avait anticipé son geste et arrivait les bras chargés de vêtements chauds.

« - Il ne faut pas sortir si légèrement vêtue jeune fille ! » dit la vieille en lui tendant un épais manteau. Puis, tout en lui tendant l’écharpe d’écoute elle lui murmura « elle est aussi là pour te tenir chaud ! ». Elle offrit ensuite à Solune un bonnet de laine et une paire de gants fourrés. La jeune fille enfila le tout sans hésiter et observa la veille femme qui portait de drôles de chaussures et regardait ses pieds en riant.  Il faut dire que les pieds de Solune étaient toujours chaussés des pantoufles trouvées au pied du lit le premier jour. Celles-ci étaient fourrées et la jeune fille ne comprenait pas le rire de Mémoire-du-Vent. La neige semblait être une matière propre, bien que froide, les pantoufles étaient donc tout à fait adaptées !

Solune fit un pas, puis deux, toujours sous le regard amusé de la vieille femme qui avait décidé de la laisser découvrir par elle-même.

Ce n’est qu’après un moment, moment durant lequel Solune oublia le regard de sa nouvelle amie pour expérimenter des pas de danse dans la neige, qu’un froid humide et pénétrant commença à lui engourdir les pieds et les chevilles. Elle se pencha et découvrit avec stupeur le bas de son pantalon, raide, gelé et recouvert de glace. La neige aurait-elle un pouvoir occulte ? Serait-ce une matière piège envoyée par de mauvais esprits ?... et pourquoi Mémoire-du-Vent riait-elle ? Peut-être était –elle vraiment une sorcière cherchant à l’endormir pour avoir plus de pouvoir sur elle ?

Solune sentait la panique l’envahir. Tout ce blanc était soudain pour elle synonyme de mort. La vieille femme et son rire lui apparaissait maintenant comme une menace. Comment avait-elle pu se laisser endormir par son doux regard et ses attentions si étranges ? Que faire ?… Au milieu de cette forêt, le seul lieu de vie était la cabane de la vieille.

La panique de Solune était grande et pour ne pas trop le laisser paraître, elle continua à danser en évitant soigneusement de regarder en direction de la vieille sorcière.  Cette fois, elle soigna ses pas afin de ne plus toucher du pied la neige fraîche mais seulement celle qui s’était tassée sous ses premiers pas. Ce faisant, elle dénoua son écharpe et la jeta le plus loin possible. Elle fit de même avec chacun des vêtements prêtés par la vieille jusqu’à quitter les pantoufles…

Le froid l’envahissait maintenant de toutes parts. A peine vêtue et pieds nus, Solune dansait une danse qu’elle nomma intérieurement « danse de la mort ». Les flocons tombaient et la jeune fille essayait vainement de les éviter. Elle dansait, dansait, le froid l’engourdissait mais à son grand étonnement elle ne se couvrait pas de glace et de figeait pas comme son pantalon… « Je suis plus forte que la mort ! » pensa-t-elle.

Cette dernière pensée lui fit reprendre un peu confiance et elle se précipita vers la cabane. La vieille femme était à la porte et l’ouvrit toute grande en la voyant arriver. Sans un regard, la jeune fille entra, il fallait qu’elle se réchauffe malgré tout. La sorcière sortit en disant :

« - Réchauffe-toi et bois donc le bol de tisane que  je t’ai préparé ! »

 La jeune fille abasourdie, s’effondra sur une chaise.  Evidemment, bien qu’elle en ait très envie, elle ne toucha pas au bol de tisane. La chaleur lui faisait cependant du bien et elle sortit petit à petit de sa torpeur pour chercher une solution, une échappatoire…

Soudain, elle sentit un liquide froid couler dans son cou et sur ses joues. Elle regarda ses cheveux. Ils étaient encore couverts par endroits d’étoiles blanches mais surtout, ils se mouillaient de plus en plus. Solune regarda alors les jambes de son pantalon : plus aucune raideur mais une toile trempée ! Ses mains étaient rouges mais bien sèches, ses pieds au contraire étaient rouges et mouillés… C’est étrange pensa-t-elle, ce liquide n’a pas d’odeur, on dirait de l’eau.

A cet instant, la vieille femme entra, tenant dans ses mains tous les vêtements jetés par Solune au dehors. Elle les déposa dans une grande bassine au coin de la pièce et ressortit pour revenir aussitôt avec une deuxième bassine contenant une grosse boule de neige. Elle déposa cette dernière sur la table devant la jeune fille et s’assit en face d’elle sans mot dire.

Solune pâlit. Cette boule allait-elle servir à la paralyser définitivement ? Quoiqu’il en soit, elle n’avait pas d’autre alternative que l’attente. Aussi, la jeune fille regarda cette boule tout en se concentrant sur la chaleur du poêle  qui brulait toujours. La vieille sorcière l’observait.  Solune vit la boule changer doucement d’aspect. Elle qui semblait très dure au début paraissait mollir et prendre un aspect légèrement plus translucide. Petit à petit, la jeune fille vit la boule rapetisser et un liquide transparent apparaître au fond de la bassine.

Mémoire-du-Vent, qui n’avait rien dit depuis que Solune était entrée rompit enfin le silence :

« - Tu as deviné, c’est bien de l’eau ! Je ne pensais pas que tu mettrais autant de temps à le comprendre ni que tu aurais peur à ce point là ! Mais il fallait que tu découvres seule. Je riais tout à l’heure car les pantoufles ne sont pas étanches. Je savais que tu sentirais l’eau au bout d’un moment. Les flocons ne sont que de simples cristaux de glace qui se forment comme la pluie dans les nuages par temps froid.  Avec la chaleur, ils reprennent leur forme d’eau liquide. Je vois que tu n’as pas touché à ta tisane ! Il faut absolument que tu te réchauffes vite et que tu mettes tes vêtements à sécher… si j’avais su que tu allais retirer ceux que je t’avais prêté quand je suis entrée faire chauffer l’eau, je crois que je ne t’aurais pas laissée dehors et que je t’aurais demandé de rentrer ! Aller, ne sois pas si farouche, enfile ta robe de chambre, je t’apporte de nouvelles pantoufles sèches. »

Solune s’exécuta. Elle se sentait soudain ridicule et coupable. Comme avait-elle pu ainsi douter de Mémoire-du-Vent et de ses intentions ?


… A suivre.

 

signature2012

 

 

Episodes suivants:

 

(6) Autre monde