Science et poésie

Publié le par Elo

 

science-poésie

Quand beaucoup de poètes

D'écrivains, d'hommes de lettres

Dénigrent avec ardeur

Les sciences et leur rigueur

 

 Ils perdent une ressource

Un regard, une source

Car l'homme de science rêve

Il recherche sans trève

 

La science est curieuse

Inventive, malicieuse

Et celui qui la vit

De rêves s'enrichit

 

Poète, c'est un malheur

qui touche beaucoup de coeurs

Peu d'amoureux de sciences

Nous enseignent dans l'enfance

 

Toi qui nourrit l'aigreur

De quelques professeurs

Pour qui sciences et rigueur

Riment avec malheur

 

Ecoute la musique

Née des mathématiques

Leur rythme, leur logique

Peuvent être poétiques

 

                                 signature2011

Publié dans poèmes société

Commenter cet article

pierre-caramba 21/10/2011 16:06


Bonjour ,je réponds avec plaisir à ton invitation et je ne suis pas déçu ,car bien sur ,comme tout ce que tu écrits , c'est limpide et agréable à l'oreille .
J'ai toujours été un amoureux des maths,géomètrie,algèbre et je pense que l'on peut démontrer beaucoup de phènomènes scientifiques par les maths.
Je me rappelle avoir lu, je ne sais plus l'auteur
un chercheur qui n'a jamais rien trouver ,en tout cas ;pas ce qu'il cherchait et pourtant cette recherche infructueuse m'a permis de découvrir tant de chose.
Un scientifique qui fait une découverte est souvent la somme du travail des experiences ratées .
J'ai vraiment apprécié cette poésie, merci élo


Elo 24/10/2011 14:50



Merci beaucoup ! Je suis née dans un milieu très scientifique et aime les sciences... J'ai écris ce poème après avoir assisté à une lecture public d'un poète qui a dit son aversion pour les
mathématiques et les profs de maths... ça m'a touchée (mes parents sont profs de maths) et je me suis dit qu'il était absurde d'opposer ainsi science et poésie ! Bisous



SAMEDI APRES-MIDI 02/03/2011 09:38



Mais à force d'expliquer tout, la science ne tuerait-elle pas le rêve ?



Elo 02/03/2011 10:08



Non, le propre d'un scientifique digne de ce nom c'est bien de rêver à ce qui n'a pas été expliqué... Sans compter les rêves d'expériences pour montrer ou infirmer qq chose... La science est
curiosité, sans curiosité pas de rêves non plus!!!


Bises



Catheau 27/02/2011 17:18



C'est le cartésianisme qui a commencé à opérer des distinctions entre science, philosophie, littérature. Hölderlin et Nietszche se sont nourris des philosophes devins et savants,
Empédocle et Héraclite. Et pour moi, Michel Serres et Hubert Reeves sont des poètes de l'infini.



libre necessite 23/02/2011 11:59


Joliment exprimé.
Je me souviens avoir défendu l'esthétisme du raisonnement scientifique à des étudiants un peu éberlués. De plus je suis de ceux qui pensent que le chemin conmpte bien plus que le but


Elo 23/02/2011 12:01



Entièrment d'accord avec toi... MERCI!



la loutre 21/02/2011 21:15


Ma réflexion portait sur ceux qui font cette opposition systématique littérature/ mathématiques...je ne parlais pas de toi...La loutre