L'instant d'après... (à l'abordage)

Publié le par Elo

 

Chez les croqueurs de mots, ABC nous lance à l'abordage d'une photo... Voici sa consigne:

 

Défi n°68  "L'Instant d'après..."

 

P1090589.jpg

 

cette photo a été prise le 6 juillet à 10h54, vous, vous êtes passés par là, à 11h02, en un instantané, en vers, prose, photo*, dessin*, peinture*, montrez-nous précisément ce que vous, vous avez vu et peut-être entendu … (vous n'êtes nullement obligés de prendre cette photo au premier degré.)

(* avec une légende bien sûr, n'oubliez pas que nous sommes, avant tout, des croqueurs de mots)

 

J'ai pris le parti de prendre cette photo au second degré. Avec un peu de retard, ce texte m'est venu :

 

L'instant d'après...

 

La plus grande frayeur de ma vie ! Le souffle court, le regard encore hagard, je regarde mes pieds, mes mains... Tout est encore là. Je dois agir vite. Tous ces boeufs sanguinaires vont vite s'apercevoir que je ne suis plus devant eux. Ils en veulent à ma peau. Dans leur monde de mépris et de chacun pour soi, une idéaliste comme moi n'a pas sa place et doit être éliminée au plus vite. Le lynchage est le meilleur moyen car il engendre la peur chez tous ceux qui pourrait être tentés d'entrer en dissidence.

Oulala, mon esprit divague. Je n'ai pas le temps d'entrer dans ces considération. Je dois agir vite. Prenons la mesure de la situation : la rue est déserte, la grande place aussi mais cela ne saurait durer. Si je veux atteindre la ferme de mon amie Louise, il va me falloir traverser, et vite. Je vérifie à droite, à gauche, je lève même les yeux pour être sur que personne n'est présent derrière une fenêtre de la rue. Je sors de ma cachette, je cours, je cours, sans me retourner. Toujours pas de bruit derrière moi. OUF ! Je suis enfin dans le bois. Ce lieu me rassure mais je dois trouver une solution pour que les chiens qu'ils ne manqueront pas de lancer sur mes traces ne puissent pas me suivre. J'ai quelques minutes devant moi. Je choisis un point central et me mets à parcourir de nombreuses boucles prenant bien soin de passer et repasser à cet endroit. Puis, je grimpe dans un arbre. Les arbres de cette forêt sont très rapprochés, cela va m'aider. Doucement, je rampe sur une des plus grosses branches et atteint la branche d'un arbre adjacent.  J'avance ainsi lentement, de branche en branche, d'arbre en arbre. J'ai toujours l'oreille qui écoute mais aucun autre son que ceux de la forêt ne me parviennent. Mes gestes se font plus sûrs et calmes. Petit à petit, je m'approche du ruisseau. Là, je me laisse tomber dans l'eau. Je sais que la ferme n'est plus loin. Le ruisseau est bordé de 2 grand talus qui me protègent. Je remonte ainsi le courant sur les 300 mètres qui me séparent de la ferme. Ça y est, je la vois. Louise est en train de rentrer ses vaches, le troupeau vient juste de traverser le ruisseau. Depuis le petit pont, Louise m'aperçoit. Elle m'attend puis m'indique un canal d'irrigation qui passe juste à côté de l'étable: "Suis-le" me dit-elle, "ainsi, aucun chien ne pourra sentir ton odeur. Tu entreras par l'étable et grimperas à l'étage par les bottes de foin. Je m'arrangerai pour qu'elles soient mangées ce soir. Aller, va vite. Je te rejoins. On avisera ensuite. "

 

signature2011


 

 


 


Commenter cet article

écureuil bleu 18/11/2011 22:01

Ton texte est prenant et j'attends la suite. Bisous

Elo 25/11/2011 15:21



je ne l'ai pas envisagée mais peut-être que cela viendra ! Bisous et merci



Suzâme 18/11/2011 20:51

Bonsoir Elo,
Je lis un cauchemar, une transposition de situation où tes impressions sont encore bien réelles puisqu'elles expriment dans ce texte haletant, la peur, la fuite, la délivrance... Pourquoi pas une
seconde partie avec un personnage ressourcé, fier, confiant qui irait vers cette meute avec une voix à endormir les vaches... Bisous. Suzâme

Elo 25/11/2011 15:06



intéressante ta proposition... je ne sais pas, les mots ne viennent pas pour le moment mais je crois bien qu'ils sont le miroir de moi en ce moment... je nage dans un brouillard épais où rien n'a
le mérite d'être clair ! Bisous



Harmonie37 18/11/2011 20:08

Une course poursuite infernale !!!!

Heureusement te voilà rendu.

Un texte bien sympathique pour ce défi.

Gros bisous

Elo 25/11/2011 14:55



Et oui OUF !!!!! Bisous



Tricotine 17/11/2011 20:57


Bonsoir Elo , récit haletant et vif le grenier sera la meilleure cachette pour le fugitif ah ces fermes ont sauvé plus d'une vie avec leurs balles de foin !! merci pour ta page qui nous plonge loin
de l'image de départ ! :0)


Elo 25/11/2011 12:15



L'image m'a portée là, que veux-tu ! Contente que tu aies pleinement suivi mon chemin . bisous



cacao 17/11/2011 19:53


Super bien ce second degré ! Quelle ruse ! Les branches, l'eau...On sent le suspens. Défi bien relevé. Félicitations ! Bonne soirée ! Bises et à bientôt.


Elo 25/11/2011 11:46



Merci beaucoup ! c'était encore un plaisir d'écrire ces mots ! Bisous