Autre monde -Solune et le temps (6)

Publié le par Elo

Solune et le temps, Autre monde (6)

 

Précédents :


(1) Mémoire -du-Vent

(2) Réveil

(3) L'écharpe

(4) La main de Grand-Mère

(5) Panique

 

 

Bref résumé des épisodes 1 à 5  : Une jeune fille, Solune arrive pour apprendre la magie chez Mémoire-du-Vent, une vieille femme vivant au fin fond de la forêt. Solune découvre une écharpe ayant le pouvoir de  faire resurgir ses souvenirs. Elle souhaite découvrir la neige et sort non couverte. Sa nouvelle amie lui prête des vêtement mais attend qu'elle comprenne que les pantouffles ne sont pas les chaussures adaptées. Solune panique, se déshabille et prend froid. 

 

 

Autre monde


Solunemalade-1.jpg

 

 

 

Avant d’aller dormir, Solune essaya d’avaler un peu de soupe chaude. Celle-ci lui brûlait la gorge si bien qu’elle n’en prit que quelques gorgées malgré le réconfort qu’elle lui apportait. Avait-elle chaud ? Avait-elle froid ? Le corps de la jeune fille tremblait et l’entrainait petit à petit dans un état second de demi-conscience.


 Elle ne répondait plus de rien. Aussi n’opposa-t-elle aucune résistance lorsque Mémoire-du-Vent vint la prendre par le bras pour l’accompagner jusqu’à son lit. Là, après avoir repoussé les lourdes couvertures, la vieille femme déshabilla Solune entièrement. Elle l’étendit, nue, le dos sur le drap de flanelle gris et déposa délicatement sa tête sur l’oreiller de plumes. La jeune femme tremblait de toutes parts, une fièvre sévère s’emparant d’elle. Pourtant, Mémoire-du-vent ne semblait aucunement surprise ni même préoccupée. Elle s’affairait maintenant avec une attention particulière à disposer tout autour de la couche de Solune des bougies odorantes.  Ceci étant fait, elle prépara une petite tablette sur laquelle elle déposa une fiole d’huile maintenue chaude dans une sorte de bain marie ainsi qu’une marmite contenant un liquide chaud proche d’une boue argileuse mélangée à des herbes aromatiques. Elle s’enquit alors d’un linge propre qu’elle imbiba soigneusement de la mixture contenue dans la marmite et qu’elle déposa, non sans précaution, sur la poitrine de la jeune fille.


Solune ne voyait plus. Elle grelottait dans un univers blanc, silencieux et machiavélique. Elle percevait bien quelques lueurs tremblotantes qui semblaient vivantes pourtant. Où était-elle ? Ces petits êtres follets étaient-ils là pour l’accueillir dans la froideur de la mort ?

Soudain, une aspiration… La jeune fille sentit le froid quitter sa poitrine comme aspiré par une force invisible ! Une respiration douce et fluide s’installa à sa place. L’air chaud pénétrait en elle, parcourant chaque bronche, chaque bronchiole, prenant place dans chaque alvéole de ses poumons. Solune n’était plus que respiration. Son corps avait entièrement disparu à l’exception de ses poumons et de son cœur. Ce dernier jouait de ses battements réguliers une musique enivrante et entrainante. La jeune femme percevait ces organes comme jamais ! Elle pouvait voir, sentir, écouter chaque cellule participant à cette danse intérieure. Elle sentait les flux et reflux de l’air dans ses poumons, du sang dans les ventricules de son cœur. L’air portait des odeurs de plantes inconnues, le sang portait la vie…


« Un cœur et une respiration. » ainsi la jouissance de la vie pouvait-elle être résumée ?


Portée par cette douce léthargie, enivrée par la musique, Solune se laissait bercer.  Petit à petit, sa bouche, ses lèvres, son nez se mirent à ressentir l’effleurement de l’air pénétrant en elle.  Ses joues, son front, son menton et l’ensemble de son visage et de sa tête reprirent forme. La jeune fille devenait autre. Des mains de fée venaient caresser chaque millimètre de peau de son visage, faisant renaître chaque cellule profonde de sa tête, celle-ci renaissant sous la forme d’une planète gigantesque, rayonnante, lumineuse, éclairée… Et ainsi le miracle se poursuivait. Les doigts de fée modelèrent peu à peu un cou, un ventre et des organes ; une colonne vertébrale, un dos, des hanches… Puis, une cuisse, un genou, un mollet, une cheville et un pied pour former une jambe de ce corps sublimé. Une deuxième jambe puis deux bras apparurent enfin comme des membres rayonnants et vibrants de vie.

La jeune fille percevait maintenant parfaitement l’intégralité de ce nouveau corps lumineux et transparent offert par la fée. Et quelle musique sublime s’y jouait ! Un rythme régulier battant la mesure des flux et reflux incessants ; le bruissement intime des membranes effleurées par l’air inspiré ; les vibrations subtiles des os, si souples dans leur apparente rigidité…  Solune vibrait, dansait, toute entière dans ce corps immense de lumières vives et de musiques harmonieuses. La joie !


La jeune femme, heureuse, souriait à ce nouveau monde.


Mémoire du vent, pour sa part, regardait attendrie sa belle au bois dormant. Elle venait de passer plus de deux heures à masser délicatement les moindres recoins de ce corps frêle pour y faire circuler la vie ! Et la vie semblait revenue ! Aussi, Mémoire-du-Vent  souriait-elle  en remontant les couvertures sur sa protégée.


… A suivre.

 

signature2012

Publié dans Nouvelles

Commenter cet article

melofaroh (frambie) 11/05/2012 17:49

je me suis plongée dans l'histoire de Solune. Une vrai merveille!
C'est génial de avoir écrire comme ça, on imagine aisément les personnages et les scènes au fur et à mesure du récit, c'est très beau!
@+ bisous

(sur OB c'est frambie.over-blog.com)

EvaJoe 27/04/2012 15:31

De bons massages et la vie revient dans le corps fatigué, ici cela lui a été bénéfique.

Belle relecture. Merci

Douce et belle journée et bisous

EvaJoe

Jer 17/04/2012 19:04

J'ai adoré ma lecture.
J'ai été tellement entraîné par l'histoire que j'ai tout lu d'une traite. J'attends patiemment la suite :-)

Bonne soirée

erato:0059: 11/04/2012 18:49

Quelle histoire magnifique que je lis avec plaisir. Tu es une magicienne des mots . A bientôt.Bisous Elo

Tmor 08/04/2012 16:06

Univers intriguant. A suivre donc !